Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    Bayonne : "L’élue de Dieu" affirmait pouvoir soigner les maladies et ressusciter les morts

Au terme d’une enquête de la Police judiciaire, une femme gourou ayant sévi à Bayonne sera jugée. « L’élue de Dieu », prétendument connectée à l’au-delà, n’était pas désintéressée.

L’abus de faiblesse fait partie des faits régulièrement jugés. Mais le dossier qui sera examiné par le tribunal correctionnel de Bayonne mardi 19 septembre est peu banal. La prévenue, Jacqueline, répondra d’abus de faiblesse, et de détournements de fonds. Elle est soupçonnée d’avoir exploité la vulnérabilité psychologique de plusieurs personnes, sous couvert d’une association cultuelle loi 1901.

En 1985, Jacqueline dite « Jacky », créé le Centre chrétien, au numéro 25 du cours du Comte de Cabarrus à Bayonne  ; association se réclamant de l’église évangélique, et n’ayant aucun lien avec l’Église catholique (1). Pendant des années, Jacqueline ne se contente pas de prêcher la bonne parole auprès des adeptes. Elle fait aussi état de prophéties personnelles, qu’elle pense recevoir en direct du Tout-puissant.

Ressusciter les morts

Mais la connexion entre Jacky et le créateur est à ce point privilégiée que celle qui se désigne comme « l’élue de Dieu » assure, par la puissance qui lui est conférée, être en capacité de soigner les maladies, voire de ressusciter les morts par les prières et l’imposition des mains. La gourou ne semble douter de rien, et ne s’imagine pas une seconde que les messages transcendantaux aient pu signaler un désordre psychologique personnel, plus qu’une illumination élective.

La petite assemblée d’adeptes est invitée par « l’autoritaire », « manipulatrice », ou « totalitaire » – selon les plaignants – Jacqueline à verser 10 % de leurs revenus au Centre chrétien. La « pasteure » autoproclamée accumule ainsi un pécule avantageux. Les enquêteurs de l’antenne de Police Judiciaire (PJ) de Bayonne ont mis au jour divers comptes bancaires, garnis au total de plusieurs centaines de milliers d’euros. Le compte du Centre chrétien aurait eu pour but de financer des travaux de celui-ci. Les fonds n’auraient pas été utilisés à des fins personnelles.

Visite de Dieu

Le fonctionnement du Centre chrétien a prospéré pendant des années, avant le dépôt d’une première plainte, en 2014, rejointe ensuite par trois autres. La même année, Jacqueline était placée sous contrôle judiciaire, avec l’interdiction de pratiquer toute activité au sein du Centre chrétien. En 2016, elle était interpellée chez elle par la PJ pour être entendue en garde à vue. Les anciens adeptes, trois femmes et un homme, victimes présumées de l’ex-gourou ont pour point commun une emprise ancienne, pour avoir fréquenté le Centre chrétien pendant leur enfance, avec leur mère, souvent suite à des événements perturbant la famille tels que des décès, divorces, maladies.

Ces états de faiblesse auront trouvé une résonance en la personne de Jacqueline, qui aurait indiqué, avoir été visitée à deux reprises par Dieu (vers ses 20 ans et ses 40 ans). Trois des quatre victimes sont défendues par Me Sandrine Larié. L’avocate de Jacqueline, Me Maïté Sargiacomo, n’a pas souhaité répondre à « Sud Ouest ».

(1) Association loi 1901 fondée en 1985 sous l’enregistrement 378095616 00017, recensée

source :

http://www.sudouest.fr/2017/02/25/jacky-parle-a-dieu-et-prend-10-3228003-4018.php

Publié le 25/02/2017 à 9h56. Mis à jour à 10h03 par EMMANUELLE FÈRE e.fere@sudouest.fr.

  les articles précédents  

> Gironde : le gourou violait ses adeptes, il a été écroué.
> ABUS DE FAIBLESSE : L’agresseur des retraités était en semi-liberté
> Dax : une psychopraticienne jugée pour abus de faiblesse
> Amiens : un prêtre condamné à 18 mois de prison ferme pour pédophilie
> Un magnétiseur de la Drôme mis en examen pour viol sur personne vulnérable
> Roézé-sur-Sarthe Energie renouvelable : un couple suspecté d’abus de faiblesse
> ABUS DE FAIBLESSE : Le père octogénaire était une " pompe à fric "
> ABUS DE FAIBLESSE A TOULON : la fille adoptive d’un malade d’ alzheimer poursuivie pour abus de faiblesse.
> Psy : jugé pour abus de faiblesse refus du report du procès pour raisons de santé
> Hauts-de-Seine. Une crèche fermée après des soupçons de "maltraitances sexuelles" sur un bébé

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication