Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    ALGERIE : Plus de 8.940 enfants victimes de violences, dont 2.400 cas à caractère sexuels de janvier 2014 à août 2015

Plus de 8.940 enfants ont été victimes de violence de janvier 2014 à août 2015. Plus de 2.400 d’entre eux ont été victimes de sévices sexuels.

En 2014, 247 enfants ont été kidnappés, dont 23 assassinés selon Kheira Messaoudène, commissaire divisionnaire et chef du bureau de protection de l’enfance à la Direction générale de la Sûreté Nationale (DGSN), invitée à un forum organisé par le quotidien Al-Mihwar et relayée ce mardi 06 octobre par le quotidien francophone Liberté.

Plus de 6.000 actes de violence ont été commis à l’encontre des enfants durant l’année 2014, avait indiqué la même responsable lors de la Journée internationale de l’enfance, début juin 2015, à la Chaîne III de la Radio Algérienne. 3.533 cas étaient liés à des maltraitances physiques, dont 1.663 à des sévices sexuels.

Lors du même entretien, Kheira Messaoudène a fait état de 1.700 cas de maltraitance d’enfants, dont 517 pour motifs sexuels. Elle a rajouté que la Sûreté nationale a recensé lors de la même période 195 cas de tentatives ou d’agressions sexuelles.

Des chiffres qui ont atteint 2.790 enfants victimes de violences, 52 cas de disparitions et 12 cas d’assassinats, a annoncé la représentante de la DGSN lors du forum d’Al Mihwar. Kheira Messaoudène a aussi affirmé que 247 kidnappings d’enfants sont survenus en 2014. 23 cas ont été suivis d’assassinats, a-t-elle déploré.

Évoquant les conséquences de la démission parentale et des divorces, elle a affirmé que 1.040 enfants ont subis des mauvais traitements de la part de leurs parents, ou sont abandonnés en proie aux ravisseurs, aux réseaux de détournement et d’exploitations de mineurs.

Alerte rouge

Egalement invité à ce forum, Abderrahmane Araâr, responsable du réseau Nada pour la protection des enfants, a de son côté révélé que son association reçoit quotidiennement 330 appels téléphoniques, d’enfants en danger et de mamans dénonçant la violence à l’égard de leurs bambins.

Le même intervenant, relayé par Liberté, a fait également savoir que "le crime est en croissance dans les rangs des jeunes et les enfants subissant de plein fouet cette violence”.

Pour rappel, selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), 1365 enfants ont été impliqués dans des affaires criminelles, dont 438 enfants dans des affaires de vols, 67 dans l’association de malfaiteurs et 75 mineurs dans des affaires de moeurs. 81 autres consomment quant à eux de la drogue, au premier trimestre 2015.

Un passage à la délinquance poussé par la démission parentale, avait fait remarqué Kheira Messaoudène dans un entretien à l’APS.

Cette dernière en a profité pour rappeler que "“l’action préventive doit prendre le dessus", et lutter contre l’absence de la "culture de la dénonciation", nourrie par la passivité des citoyens

source : Al Huffington Post

  les articles précédents  

> ALGERIE : Plus de 8.940 enfants victimes de violences, dont 2.400 cas à caractère sexuels de janvier 2014 à août 2015
> Pourquoi l’Observatoire de la maltraitance envers les enfants ?
> Plus de 7.000 enfants maltraités en Fédération Wallonie-Bruxelles en 2013
> Une ONG ,"TERRE DES HOMMES" traque les pédophiles
> GUIDE "AGIR CONTRE LA MALTRAITANCE"
> SUISSE. ETAT DE VAUD. Enquête contre des employés d’une crèche pour maltraitance
> la CEDH épingle le sort des enfants étrangers en rétention
> Gabon - Maltraitance de l’enfance : "Cachée sous nos yeux", le rapport qui révèle des atrocités
> Laurence Rossignol : " Pas besoin de violence pour élever des enfants"
> Claques et fessées bannies par le code civil   ?

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication