Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    DJIHAD : Violents mais pas dévots !

Croire que ce sont surtout les ultrareligieux qui partent rejoindre les rangs djihadistes serait une erreur fatale dans la lutte contre la radicalisation des jeunes.

Ils viennent des Etats-Unis, du Royaume-Uni, d’Espagne, de France, d’Inde, d’Indonésie… En fait, ils viennent du monde entier, car ils savent que tous les chemins mènent au califat. Comme les cartes géographiques ne dessinent pas encore les contours précis de l’Etat islamique, beaucoup prennent un aller simple pour Istanbul, où ils savent qu’ils seront pris en charge par l’internationale djihadiste. Dans ce dédale de frontières poreuses du Moyen-Orient, ces jeunes recrues ont rendez-vous avec leurs nouveaux maîtres, cachés quelque part entre l’Irak et la Syrie. Maniement des armes et lavage de cerveau les attendent. La fureur de la guerre ou l’odeur de la mort les guident. Parfois ce ne sont que des adolescent(e)s, mais ils rêvent déjà d’en découdre, mus par un romantisme morbide. Ils sont habités par la foi des rebelles et rêvent de passer des croisades numériques aux combats homériques. Il y a quarante ans, leurs aînés, en rupture avec la société, prenaient la route de Katmandou à la recherche de paradis artificiels. Eux sont en mission, tels des combattants fanatiques propulsés dans l’ère des réseaux sociaux et de la globalisation. Il y a quelque chose de répugnant à évoquer une prétendue “branchitude” du djihad, à savoir que sur Internet on vend des tee-shirts à la gloire de l’Etat islamique. “A force de manipuler un islam amorphe, celui-ci est devenu l’objet de toutes les surenchères”, met en garde l’intellectuel syrien Yassine Al-Haj Saleh*. Face à cette menace, de nombreux pays, à l’instar de la Grande-Bretagne, tentent d’empêcher le retour des djihadistes sur leur sol. La priorité serait d’éviter qu’ils aient envie de partir.

source :

COURRIER INTERNATIONAL | ERIC CHOL N° disponible du 2 au 10 septembre 2014 2 SEPTEMBRE 2014 ÉDITORIAL : Paradis artificiels

  les articles précédents  

> Radiscalime religieux : pour le renforcement du contrôle des sources de financement
> Comment Mériam a réussi à récupérer son bébé, parti avec son père jihadiste
> Islam radical en prison : un premier rapport critique
> Dr Serge Blisko : « On n’a pas encore de filière spécialisée dans l’irruption du fanatisme religieux »
> Prison : la prise en charge de la radicalisation avance à tâtons
> DJIHAD : Violents mais pas dévots !
> Alain Ruffion « Face au djihadisme, la responsabilité est collective »
> Attentats : la commission d’enquête propose une profonde refonte du renseignement
> Sablé Radicalisation des jeunes : un colloque pour mieux comprendre
> Pourquoi le Jihad attire autant certains jeunes ?

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication