Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    «La secte a planifié chaque étape du crime»

AYAHUASCA – UNE SECTE CHILIENNE HALLUCINOGÈNE SACRIFIE UN NOUVEAU NÉ« POUR SAUVER LE MONDE ». article original de Guy ROUQUET, Président de PSYCHOTHERAPIE VIGILANCE

25-28 avril 2013.- Les autorités chiliennes ont capturé ce jeudi plusieurs membres d’une secte guérisseuse hallucinogène accusée d’avoir brûlé vif le bébé que l’une des adeptes avait eu l’an passé avec le leader du groupe, Ramón Gustavo Castillo Gaete (35 ans), contre lequel un mandat d’arrêt international vient d’être lancé.

Le rituel mortel s’est déroulé le 23 novembre 2012. Au moment du « sacrifice », tous les membres du groupe avaient ingéré de l’ayahuasca, une drogue hallucinogène utilisée par les chamans du Pérou et du Brésil pour leurs rituels.

Ils avaient été convaincus par leur gourou, qui se faisait appeler Antares de la luz, que le nouveau-né était l’antéchrist et qu’en le tuant « ils sauveraient le monde » de sa fin annoncée d’après certaines interprétation du calendrier maya, pour le 21 décembre.

Selon le Ministère public, la secte a planifié chaque étape du crime :« Dès que la nouvelle de la grossesse de Natalia Guerra Jequier(25 ans), fut connue, la décision partagée et acceptée par tous, de tuer le bébé dès qu’il naîtrait fut prise ». La mère collabora à cette mise à mort.

Les membres de la secte avaient l’habitude de consommer l’ayahuasca lors de réunions pendant lesquelles Antares de la Luz avait des relations sexuelles avec toutes ses adeptes. Il leur disait qu’étant Dieu, il ne pouvait procréer et que, si par cas cela arrivait, le bébé était l’antéchrist et devait mourir.

Sitôt qu’il apprit que Natalia était enceinte, Ramón Castillo Gaete la tint enfermée, sous surveillance, l’alimentant tous les deux jours. Le 21 novembre, la femme fut conduite jusqu’à une clinique de Viña del Mar, où elle accoucha. Le jour suivant, Castillo récupéra le bébé et sa mère sans avoir le consentement des médecins.

Le 23, il se rendit à Colliguay, près de Quilpué, à une centaine de kilomètres de Valparaiso, où se trouvait le reste de la secte, pour accomplir le rite censé sauver le monde de la catastrophe. Aux environs de minuit, pour ne pas entendre ses cris, ils bâillonnèrent le bébé, le placèrent sur une grosse planche installée au-dessus d’un chaudron de deux mètres de profondeur. Trente minutes plus tard, ils précipitèrent l’enfant dans les flammes. Ensuite tous se mirent à prendre l’ayahuasca.

Le groupe est resté sur les lieux jusqu’au 23 décembre. Ils le quittèrent après avoir constaté que la fin du monde ne s’était pas produite.

Au mois de janvier, la sœur d’une des adeptes du groupe informée de ce qui était arrivé alerta la police, qui commença son enquête et, la semaine dernière, finit par découvrir le corps calciné du bébé.

L’avocat de Natalia Guerra attribue le crime à la manipulation que Ramon Castillo pratiquait sur le groupe l’emprise qu’il exerçait est d’un niveau rarement vu. Tous les adeptes avaient une profession, certains ayant une formation universitaire et de bons emplois. Pour intégrer le groupe, ils devaient entre autres faire des dons et remettre des biens à Castillo, lequel se serait enfui au Pérou au mois de février avec quinze millions de pesos environ, soit près de 70.000 dollars.

Lorsque Castillo sentait que les adeptes avaient « les vibrations positives basses », il les frappait 45 fois avec un bâton, et celui qui pleurait pendant que les coups étaient administrés recevait trois coups supplémentaires.

Le psychologue Gonzalo Torrealba a confié à la presse que « l’usage de l’ayahuasca empêche les sujets de prendre des décisions de manière autonome et indépendante » et que, sous l’emprise de cette drogue associée à celle d’un séducteur, s’ils sont bien conscients de leur participation à une entreprise, ils sont inconscients de la manipulation dont ils sont l’objet.

Aux dernières nouvelles, Ramón Gustavo Castillo Gaete alias Antares de la luz se trouverait en Equateur, à proximité de la frontière péruvienne, dans une localité où il organisait dans le passé des séminaires de guérison…

* Cet article original de Guy Rouquet, président de Psychothérapie Vigilance, a été mis en ligne le 28 avril 2013, après analyse des informations données par la presse chilienne :

http://www.lanacion.cl/sexo-golpizas-y-ayahuasca-en-secta-del-sacrificio-de-quilpue/noticias/2013-04-25/135857.html http://www.lanacion.cl/sexo-golpizas-y-ayahuasca-en-secta-del-sacrificio-de-quilpue/noticias/2013-04-25/135857.html http://www.elnuevoherald.com/2013/04/25/1462157/desbaratan-secta-que-incinero.html http://www.sinembargo.mx/26-04-2013/601919

http://peru.com/actualidad/internacionales/antares-luz-perfil-lider-secta-que-quemo-bebe-chile-noticia-135599

http://www.ecuavisa.com/articulo/noticias/internacionales/29377-lider-de-secta-que-quemo-bebe-en-chile-es-buscado-en-ecuador

  les articles précédents  

> « ACCROCHÉE À LA VIE » DE GIOVANNA VALLS GALFETTI Le « journal » équivoque et anecdotique d’une « renaissance »
> La forêt amazonienne, nouveau Katmandou ?
> Le breuvage du voyage intérieur
> Dans le secret du yopo, hallucinogène d’Amazonie
> La liane des morts
> Drogue : de l’iboga pour soigner les héroïnomanes ?
> L’ayahuasca, une affaire juteuse
> El gran dragon - la critique du film
> Iboga : une quinquagénaire décède dans un temple initiatique à Medouneu
> « La secte a planifié chaque étape du crime »

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication