Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    L'ancien ministre Henri Caillavet nous a quittés

Henri Caillavet a eu, comme parlementaire, une intense activité de législateur, préparant nombre de textes sur les dons d’organes, l’insémination artificielle, l’euthanasie, l’avortement, le divorce par consentement mutuel... Il a aussi fait des propositions de loi sur l’homosexualité et le transsexualisme.

Grande figure du radicalisme, ancien ministre, franc-maçon, longtemps député puis sénateur du Lot-et-Garonne, Henri Caillavet est mort dans la nuit de mardi à mercredi à 99 ans.

« Il est décédé peu après minuit, dans sa maison de Bourisp, dans les Hautes-Pyrénées, comme il le voulait : dans la dignité, sans acharnement thérapeutique », a précisé son fils, François Caillavet. Ce libre-penseur, né le 13 février 1914 à Agen (Lot-et-Garonne), fut membre du réseau de résistance Combat.

Issu d’une famille de négociants, il avait été député de 1946 à 1958, puis sénateur de 1967 à 1983 de son département natal.

Avocat de formation, membre du Grand Orient, il fut, sous la IVe République, secrétaire d’Etat à la France d’Outre-mer (1953), puis aux Affaires économiques et au Plan dans le cabinet de Pierre Mendès France (1954-55). Henri Caillavet a été aussi membre de la Commission nationale des l’informatique et des libertés (Cnil).

Il a présidé à deux reprises l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD). Ce dernier avait préfacé en 2000 l’ouvrage « Mourir dans la dignité ».

Il avait par ailleurs signé de nombreux autres ouvrages : essais, entretiens. En 2012, à 98 ans, il publiait un roman « Manon ou les amours inachevées » (Éd Bruno Leprince).

Il avait quitté le MRG (devenu depuis PRG) en 1975 avant de le réintégrer en 1981. Il fut le vice-président de cette formation 1973 à 1975. En 1981, il s’était rallié à François Mitterrand.

Hier, à Toulouse, où il fréquentait régulièrement les loges de la rue de l’Orient, les francs-maçons du Grand Orient de France ont salué la grande figure qui, pendant 75 ans, « a illustré avec courage et pugnacité, leur combat constant pour les droits de l’homme et la dignité humaine ».

La Dépêche du Midi

  les articles précédents  

> Appel de communications par affiche : Manipulation et victimisation
> L’ODI présente un rapport sur la déontologie des médias français
> L’ancien ministre Henri Caillavet nous a quittés
> Les méthodes des guérisseurs pour atteindre les seniors : Les sectes visent les "homes "
> le "gourou" sanguinaire Charles Manson va rester en prison
> Mort de Stéphane Hessel à l’âge de 95 ans
> Cameroun - Université d’Etat : Magie noire, satanisme, homosexualité et sectes
> Les sectes en France
> Décès de Françoise Seligmann
> BELGIQUE : Le nombre de dossiers ouverts concernant des sectes a presque doublé en un an

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication