Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    L'église de scientologie, un attrait proposé aux touristes à Québec

Selon l’Office du tourisme de Québec, l’Église de scientologie est un attrait touristique. L’institution religieuse controversée, dont l’édifice a été inauguré en 2010 rue Saint-Joseph, a obtenu ce titre il y a environ un an en devenant membre de l’Office du tourisme de Québec (OTQ), ce qui lui confère différents avantages comme celui d’être mis en exergue dans un circuit piétonnier proposé aux touristes pour découvrir les attraits de la ville.

(Québec)

À l’ombre du Château Frontenac, les préposés d’information touristique remettent aux visiteurs une brochure officielle de l’OTQ dans laquelle sont détaillés trois parcours dans les rues de Québec. L’un d’eux, nommé VivaCité, amène les explorateurs en basse ville et dans Saint-Roch. Ainsi, après avoir admiré la Grande Allée, les fortifications, la Citadelle, le Capitole, les marcheurs explorent le jardin et l’église Saint-Roch et la rue Saint-Joseph. C’est là que le guide propose d’aller découvrir l’Église de scientologie de Québec. La description des lieux y est pour le moins élogieuse (voir ci-contre).

Des employés du Centre Infotouriste (qui relève du ministère du Tourisme et non de l’OTQ) sont mal à l’aise. « L’Église de scientologie est dans un bâtiment sans intérêt, mais leur rubrique essaie de nous faire croire le contraire. Je trouve aberrant de donner un livret qui promeut une secte à mes touristes », a écrit l’un d’eux au Soleil. Il ajoute qu’un de ses collègues a interpellé un directeur de l’OTQ à ce sujet, mais que sa réponse a été vague.

En entrevue, le directeur des communications de l’OTQ, Éric Bilodeau, explique que si l’Église est décrite dans le parcours, « c’est uniquement pour des raisons géographiques ». En fait, un membre qui porte le titre d’attrait touristique et qui se trouve sur le parcours y est automatique inclus. C’est le cas d’Érico le musée du chocolat, c’est le cas de l’Église de scientologie.

Mais la scientologie fait beaucoup moins l’unanimité que le chocolat et, architecturalement parlant, l’église de la rue Saint-Joseph n’a pas grand-chose à voir avec la basilique Notre-Dame-de-Québec... Alors, un attrait touristique, vraiment ? « Dans un certain sens, oui », assure M. Bilodeau. Il admet tout de même que « la direction s’est posé des questions ». Mais puisque la Ville de Québec a permis les rénovations des locaux, M. Bilodeau voit mal pourquoi son organisme, public, aurait dû s’opposer à l’adhésion de l’Église de scientologie. « On n’avait pas de raisons de les refuser. »

Tout en précisant que le portrait de l’organisation n’est pas tout noir ou tout blanc, Mike Kropveld, directeur général d’Infosecte, admet toutefois que la scientologie est « un des mouvements les plus controversés à travers le monde. [...] Le fait que ce soit dans un guide officiel, ceux qui prennent les décisions doivent prendre en considération l’impact que ça a ».

Une église étroitement surveillée

L’Église de scientologie est reconnue comme religion au Québec et dans plusieurs pays. Mais elle est étroitement surveillée par d’autres États, comme en Allemagne. Ailleurs, les procès pour escroqueries ont fait la manchette, surtout en Europe. Est-ce que ces faits auraient dû encourager un examen plus approfondi de la demande d’adhésion à l’Office du tourisme ? « Non, répond M. Bilodeau. Ce qui nous amène à des analyses de cas, c’est quand on a des plaintes de la clientèle. »

Il ajoute que le seul critère « d’être un lieu ou d’offrir une expérience touristique » suffit pour adhérer à l’OTQ à titre d’attrait touristique. Dans ce cas, le fait que l’Église propose un centre d’information multimédia en 18 langues « à quelque part, ils font un peu de tourisme. C’est un critère suffisant », tranche M. Bilodeau. Et quant à la description des lieux transmise par l’Église et recopiée dans le guide officiel, il indique que l’OTQ ne fait qu’une vérification minimale. « On valide que l’info ne soit pas fausse ou mensongère, mais le membre peut se décrire comme il l’entend. »

En plus du circuit piétonnier, l’Église se trouve listée parmi les « sites touristiques » de Québec sur les plates-formes de l’OTQ - Web, application mobile, etc. -, aux côtés des musées, de l’Hôtel de glace, de l’Aquarium, etc. Son adhésion lui coûte quelques centaines de dollars par année.

Pas une « science exacte »

Selon le porte-parole du mouvement à Québec, Denis Simard, il a toutes les raisons d’y être. D’abord, son mouvement est international, insiste-t-il. Il a reçu beaucoup de visiteurs de Colombie, de France et d’ailleurs en Europe cet été. Des scientologues s’intéressent donc à l’église locale comme « un musulman qui vient de l’extérieur pourrait être intéressé de savoir s’il y a une mosquée ».

Par ailleurs, comme le précise le guide, « des études ont été faites pour que l’aménagement à l’intérieur soit pertinent avec l’entourage, l’environnement et la culture de Saint-Roch », ajoute-t-il. Mais il enjoint surtout les gens à aller au-delà de la façade, autant celle de l’immeuble que du mouvement. Si la scientologie a si mauvaise réputation, c’est en partie la faute des médias et de la méconnaissance envers elle.

« Quand les gens savent ce qu’on fait, toute la controverse tombe. » Denis Simard évoque par exemple de nombreuses oeuvres dans lesquelles des scientologues sont impliqués, que ce soit pour de l’aide humanitaire, militer en faveur des droits de l’homme ou des campagnes de sensibilisation sur les méfaits des drogues.

Le tourisme, conclut Claude Péloquin, analyste en chef à la chaire de tourisme Transat de l’Université du Québec à Montréal, n’est pas une « science exacte ». « La ligne est souvent mince entre ce qui devrait et ne devrait pas faire partie d’un paysage touristique. »

— - ÉGLISE DE SCIENTOLOGIE DE QUÉBEC 665, rue Saint-Joseph Est, Québec, G1K 3C1 418 524-4615 www.scientologie-quebec.org L’Église de scientologie de Québec possède un bâtiment qui a été complètement réaménagé. Le design est basé sur une étude des goûts de la population québécoise et reflète un point de cette culture. Il existe 25 églises de ce genre dans le monde pouvant recevoir un grand nombre de visiteurs voulant s’informer des buts et du contenu de la scientologie. La moitié du rez-de-chaussée abrite un centre d’information multimédia disponible en 18 langues dans lequel tous peuvent s’informer des campagnes que la scientologie subventionne, ses croyances ainsi que de son contenu. Découvrez par vous-même ! Horaire : ouvert à l’année, du lundi au vendredi, de 9h à 22h. Samedi et dimanche, de 9h à 18h. Source : Guide du parcours VivaCité, extrait du guide touristique officiel de l’Office du tourisme de Québec

Source : La Presse.ca Publié le 21 septembre 2012 à 05h00 | Mis à jour à 07h36

Pierre-Olivier Fortin Le Soleil http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/societe/201209/20/01-4576101-leglise-de-scientologie-un-attrait-propose-aux-touristes-a-quebec.php

  les articles précédents  

> Scientologie : Katie Holmes s’inquiète pour sa fille Suri Cruise
> Italie/scientologie : arrestation de trois Français pour séquestration
> Au Vietnam, des victimes de l’Agent orange "soignées" avec un traitement controversé de la Scientologie
> Scientologie, une secte qui fait peur
> La scientologie : religion, secte ou multinationale ?
> « J’ai consciemment choisi cette voie ». Juli Wunderer est une scientologue convaincue.
> Des hackers déclarent la guerre à la Scientologie
> L’Eglise de Scientologie jugée pour escroquerie
> L’église de scientologie, un attrait proposé aux touristes à Québec
> Accusée d’escroquerie, la scientologie cherche à obtenir le renvoi de son procès en appel

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication