Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    La lutte contre les sectes s’accélère

La loi visant à dénoncer les “abus de faiblesse” a été adoptée hier à la Chambre

La loi a fait ses preuves en France Entre 6 et 7 condamnations sont prononcées chaque année dans le cadre de dérives sectaires. Et entre… 500 et 600 par an pour des abus de faiblesse sur des personnes âgées.

Chez nous, le projet de loi visant à modifier le code pénal “en vue de sanctionner la déstabilisation mentale des personnes et les abus de la situation de faiblesse des personnes” (voir la DH du 1er juin) a été adopté hier en séance plénière de la Chambre. L’objectif est de compléter la législation existante en créant une nouvelle catégorie d’infraction. À savoir l’abus de faiblesse physique ou psychique.

Concrètement, une personne physique (entre autres, le gourou d’une secte) ou une personne morale (la secte en tant qu’institution) pourra désormais faire l’objet de poursuites en justice s’il a été prouvé qu’elle a abusé d’un individu en situation de faiblesse.

Exemple : une femme, souffrant d’une grave dépression, entretient des relations sexuelles avec un prétendu protecteur. Pourtant, dans des circonstances normales, elle ne serait jamais passée à l’acte. Le protecteur pourra être poursuivi pour abus de faiblesse et pour viol…

Mais la nouvelle loi va plus loin puisqu’elle s’attaque à l’abus de faiblesse en général. Notamment aux dépens des personnes âgées.

La lutte contre les sectes a donc franchi une étape hier. Quelle sera la prochaine ? “Il faudra s’atteler à étendre la définition légale d’association sectaire nuisible” , explique le député André Frédéric (PS), qui a porté la proposition de loi. “La notion actuelle ne couvre pas le champ de la Santé publique, comme les guérisseurs ou les sectes guérisseuses. Ce qui limite la possibilité d’action” des services de police, de la Sûreté de l’État et des parquets. Or, les spécialistes se rendent compte que c’est dans ce domaine que les mouvements sectaires se développent le plus.

En revanche, le délit de secte reste, lui, toujours inexistant en Belgique. Mais, ici, la législation ne devrait pas évoluer de sitôt.

Source : La Dernière Heure par Antoine Clevers

  les articles précédents  

> Questions juridiques et des droits de l’homme : Protéger les mineurs contre l’influence des sectes
> Scientologie : la défense multiplie les QPC
> Sectes : notre justice va aider les victimes de gourous et guérisseurs
> La non scolarisation d’enfants d’une communauté religieuse devant la justice
> La lutte contre les sectes s’accélère
> USA : un gourou condamné après la mort de trois disciples dans un sauna
> Des satanistes russes condamnés à de lourdes peines pour meurtres rituels
> Dans un arrêt qui fera date, la CEDH reconnaît le droit à l’objection de conscience
> Crainte d’un suicide collectif aux USA : 13 membres d’une secte retrouvés
> Argentine : adoption d’une loi sur les sectes

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication