Retour page d'accueil
   
 
 
 
Nouveauté, parution le 4 septembre 2012: "Le livre noir de l'emprise psycho-spirituelle"
Détournement de méninges.
par le Collectif - CCMM des victimes du psycho-spirituel

commander le livre en ligne
Un outil indispensable pour défendre les droits des victimes de dérives sectaires :
"les dérives sectaires face au droit français" par F.Pignier ancien président de la
cour d'appel de Paris.

Commander le livre en ligne.
   
   
 
 

 
   
S'inscrire à la newsletter
Contactez-nous | Ecrire au webmaster
   
    Scientologie: annulation d'un non-lieu et renvoi en correctionnelle requis en appel

PARIS, 5 déc 2008 (AFP) - Le parquet général a requis l’annulation d’une ordonnance de non-lieu en faveur de membres de l’église de Scientologie, accusés d’escroquerie et d’exercice illégale de la médecine", et leur renvoi en correctionnelle, a-t-on appris vendredi auprès des avocats du dossier. Ces réquisitions écrites, signées en septembre, ont été remises aux parties du dossier qui en ont fait état vendredi à l’occasion d’une audience de la cour d’appel de Paris.

Au terme de vingt-cinq années de procédure, un juge d’instruction parisien avait rendu le 12 octobre 2007 une ordonnance de non-lieu estimant qu’il ne résultait pas de l’information judiciaire "de charge contre quiconque d’avoir commis les infractions visées". La position du parquet général constitue un revirement par rapport à celle du parquet de Paris qui avait également requis un non-lieu dans ce dossier le 4 septembre 2006 estimant que l’information judiciaire n’avait pas permis de mettre en évidence que les interlocuteurs des plaignants aient frauduleusement opéré des manoeuvres ou extorqué des fonds. Ceci, selon le ministère public, dans la mesure où ces membres de l’église de Scientologie, mis en examen, apparaissent avoir eux-même "été convaincus de l’efficacité des prestations proposées et animés d’une foi authentique dans leurs démarches".

L’Union Nationale des Associations de Défense des Familles et de l’Individu (Unadfi), partie civile dans ce dossier, avait fait appel de l’ordonnance du juge devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris qui contrôle le travail des juges. L’examen du dossier, prévu ce vendredi, a été repoussé à la demande des avocats des ex-membres de l’église de Scientologie qui ont plaidé l’irrecevabilité de la partie civile au moment de l’appel. L’étude au fond de l’affaire est prévue le 20 février 2009.

pr/ed/bma

051800 DEC 08

  les articles précédents  

> Russie : tous les adeptes d’une secte retranchés sous terre sont sortis
> Diffamation envers une organisation citée par la Miviludes : TF1 condamné
> Être Témoin, « un frein aux relations extérieures »
> Dordogne : enquête sur un remède supposé guérir le sida Un Périgourdin prétend guérir le sida par les plantes.
> Le masque et l’enclume
> Scientologie : annulation d’un non-lieu et renvoi en correctionnelle requis en appel
> Le risque sectaire plane toujours sur la formation professionnelle
> Sale temps pour les scientologues aux États-Unis
> Religion/Mormons "La pire claque, c’’est d’’être envoyé en France !"
> Les loges maçonniques "réservées" après le discours de M. Sarkozy à Rome

 
Ce site est édité par le Centre Contre les Manipulations Mentales
Réalisation : Pix-L Communication